ENSEMBLE, STOPPONS LE PROCESSUS D’AUTODESTRUCTON EN COURS CONTRE L’HUMANITÉ ET LA PLANÈTE
Quelle que soit notre nationalité ou nos croyances, nous faisons partie d’une “société globale” partageant les mêmes aspirations à vivre en paix et dans la dignité sur une planète préservée. Internet nous offre l’opportunité de rassembler les forces disparates de cette communauté informelle en un contre-pouvoir supranational capable de contenir les forces brutales et inconséquentes de la mondialisation et d’initier des changements durables du plan local au plan global.

MOBILISONS NOUS ICI ET MAINTENANT

À cette mondialisation économico-financière porteuse d’inégalités, de guerres et de destructions environnementales doit répondre une mondialisation citoyenne autour de réformes et de régulations durables majoritairement retenues. Cette mobilisation générale est vitale pour éviter le chaos global où propulsent l'humanité les partis au pouvoir dans le monde.


Peut-on encore faire confiance aux hommes politiques pour résoudre les problèmes et améliorer la vie des populations? Au vue des crises de toutes natures -stagnation économique, bulles et krachs, pauvreté-précarité-inégalités, tensions géopolitiques et guerres, désastres environnementaux- dans un monde qui n'a jamais produit autant de richesses, il est permis d'en douter. . Évoquons le sujet de la guerre. Les gouvernements de toutes les nations investissent des budgets de plus en plus lourds dans ce secteur de la haine et de la mort. Les armes produites par cinq puissances industrielles se trouvent disséminées à profusion dans toutes les mains, y compris chez les adversaires irréductibles de la démocratie. Qui plus est, au lieu de conduire à des conquêtes, les guerres modernes sèment un chaos où prolifèrent les ennemis à abattre. Les leçons de Machiavel sont toujours appliquées en dépit des armements modernes capables de détruire plusieurs fois la planète. Désigner un ennemi en le déshumanisant, jouer sur les peurs et lancer une guerre restent les meilleurs moyens de renforcer un pouvoir politique déclinant. Mettant en oeuvre, les gouvernants ont de tous temps sacrifié la jeunesse des nations dans d'innommables boucheries. Les guerres de 14-18 et de 39-45 furent-elles vraiment justifiées au regard de l'histoire? Les allemands désignés comme des populations barbares sont considérés aujourd'hui comme un peuple pacifique et un partenaire européen. La centaine de millions de morts de ces deux hécatombes, la Shoah et les destructions de villes entières sont de l'entière responsabilité de politiciens stupides et de va-t-en-guerre irresponsables. Il en fut de même de la guerre américaine au Vietnam. Trente ans après, Robert McNamara, Secrétaire à la défense américain, admit l'erreur de cette guerre dans son livre Avec le recul, le leçons de la guerre au Vietnam (1996. Seuil). Tony Blair a attendu moins longtemps pour présenter ses regrets en 2015 d'avoir entraîné son pays dans la guerre en Irak. L'expansion de l'État islamique de Daech est en effet due à d'anciens cadres des services secrets et de l'armée de Saddam Hussein. Attendons le livre de G.W. Bush, dans dix ans peut-être, pour avouer que sa guerre mal préparée fut contre-productive et pour regretter l'usage systématique de la torture (source le rapport de la CIA de décembre 2014). Et pourquoi pas un livre de Barack Obama avouant son immobilisme de huit ans au Proche-Orient qui a laissé le Likoud et les religieux du "Bloc de la Foi" poursuivre leur rêve méssianique de construire un temple juif à la place de la mosquée Al-Aqsa, lieu saint de l’islam. Avec pour effet prévisible, si le projet se réalisait, l'union sacrée des chiites et des sunnites qui s'entre-déchirent aujourd'hui contre Israël. Une guerre planétaire en perspective. Les guerres inutiles du passé ne plaident pas pour la sagesse des gouvernants. Qui plus est, une mauvaise interprétation ou une simple erreur dans un champ de bataille impliquant l'Amérique, la Turquie, l'Iran, la Russie, Israël, etc peut fort bien déclencher l'irréparable.

Pour ce qui concerne la guerre économique mondiale, Pascal Lamy -ou un autre Directeur-général de l'OMC- nous gratifiera éventuellement d'un livre admettant a posteriori l'absurdité de cette mondialisation qui brutalise les personnes, disloque les sociétés humaines et détruit notre planète, profitant au-delà de toute mesure à 0,01% seulement de l'humanité.

Et pourquoi pas le livre d'un Secrétaire général de l'ONU à la retraite regrettant d'avoir laissé des industriels du pétrole et de l'amiante diriger les conférences sur l'environnement et les climats depuis 1972? (Cf. l'enquête F. Nicolino du journal Le Monde du 3.12.2015)

 

Allons-nous attendre indéfiniment les mea culpa de gouvernants manquant de compétences et de clairvoyance? Le moment est au contraire venu de réagir et de s'engager ici et maintenant. À cette mondialisation du commerce sous l'emprise cupide et inconséquente des multinationales et des marchés financiers qui base partiellement sa croissance sur des industries dangereuses pour les personnes et l'environnement -tabac, chimie, armements, etc-,  doit s'opposer une globalisation des oppositions citoyennes et des organisations progressistes pour la paix, le développement humain, le progrès social et une protection stratégique de l'environnement. Ensemble, nous constituerons une force politique capable d'impulser des changements durables du plan local au plan global.


 

Tous les articles

Retour